Églises - Monastères

Les nombreuses églises et les monastères de Sifnos sont étroitement liés à l’histoire, à la tradition architecturale et à la vie sociale et religieuse de l’île.

D’un point de vue historique, les Sifniotes ont profité des privilèges que leur ont accordés les sultans turcs en matière de liberté religieuse. C’est ainsi qu’en 1646 fut fondé l’Archevêché de Sifnos qui, outre Sifnos, comprenait les îles d’Amorgos, Anafi, Astypalaia, Iraklia, Ios, Mykonos, Serifos, Sikinos et Folegandros.

Par la suite, les Sifniotes prirent l’habitude de léguer leurs biens aux églises et monastères et de prendre en charge diverses obligations, comme la célébration de cérémonies (essentiellement des fêtes).

Le nombre des églises et monastères qui existent à Sifnos témoigne de la tradition religieuse des habitants. Rapporté à la superficie totale de l’île, ce nombre (237) est le plus élevé de toutes les Cyclades.

Bon nombre d’églises et monastères de Sifnos sont classés monuments historiques et présentent un très grand intérêt religieux et architectural. Des comités ecclésiastiques et des « fraternités » se chargent de leur entretien, avec une persévérance admirable et un travail bien souvent bénévole, bien que certains de ces édifices soient souvent situés dans des endroits inaccessibles aux véhicules motorisés.

Sifnos compte huit églises paroissiales : Saint Spyridon (Agios Spiridon) à Apollonia, qui est la cathédrale de l’île, la Vierge de Kochi (Panagia tis Kochis) à Artemonas, Taxiarques à Agios Loukas, Saint Jean le Prodrome (Agios Ioannis Prodromos) à Pano Petali, la Source de Vie (Zoodochos Pigi) à Kato Petali, la Vierge de Miséricorde (Panagia Eleoussa) à Kastro, Saint Nicolas (Agios Nikolaos) à Exabela et Saint Georges (Agios Georgios) à Katavati.

Même si désormais aucun n’est en activité, les monastères de Sifnos possèdent toujours une valeur historique et religieuse particulière.

Le monastère de Vrissiani à Exabela, le plus grand de l’île, a été construit au XVIIe siècle et est consacré à la Naissance de la Vierge. Il abrite aujourd’hui le Musée d’art ecclésiastique où sont exposés des incunables, un Évangile datant de 1796, la bulle patriarcale conférant des privilèges au monastère, des reliquaires, des bannières, des objets de culte, des vêtements sacerdotaux, des icônes, une chasuble d’un art exceptionnel et autres.

Le monastère du Prophète Élie le Haut (Prophitis Ilias o Apsilos) a été construit au sommet de la montagne du même nom, la plus élevée de Sifnos (d’une altitude de 700 mètres environ), sur les ruines d’une acropole antique. À droite du monastère se trouve la petite chapelle de Saint Élisée (Agios Elisaios).

Situé à l’est du village de Kato Petali, le monastère de Chrysostome est un monastère historique qui, d’après la tradition, aurait abrité la première école de l’île, probablement vers 1650. C’est également dans ce monastère que fut installée en 1835 la célèbre École du Saint-Sépulcre.

Le monastère de la Vierge de la Montagne (Panagia tou Vounou) (accessible par une courte déviation à droite de la route Apollonia-Platis Gialos) possède une beauté architecturale particulière et offre une vue extraordinaire sur le village, la plage de Platis Gialos et l’îlot de Kipriani situé en face. L’église est dédiée à la fois à la Présentation de la Vierge, aux Saints Constantin et Hélène et à Saint Nicolas – et sa construction remonterait au début du XIXe siècle.

Le monastère de la Vierge des Firogia (Panagia ton Firogion, XVIe siècle) se trouve sur la route menant à Vathy, au carrefour avec la route d’Apollonia. Il doit probablement son nom (littéralement, des Terres en Feu) aux terres rougeâtres que l’on trouvait dans la région. Jadis, les moines du monastère Saint Élie le Haut (Aï Nilias Apsilos) y séjournaient pendant les mois d’hiver. Le monastère a été restauré dans les années 1970 par la Société hellénique de l’environnement et de la culture et sa restauration a été récompensée par l’attribution du titre honorifique Europa Nostra.

D’autres églises particulièrement impressionnantes sont la Vierge de Chryssopigi (Panagia i Chryssopigi), la sainte patronne de Sifnos, dont l’histoire est liée à plusieurs traditions et légendes religieuses et qui constitue un point de référence pour les Sifniotes mais aussi pour tous les Grecs orthodoxes ; la Vierge de Poulati (Panagia i Poulati), église privée construite en 1870, à l’est de Sifnos, en contrebas d’Artemonas, l’église des Sept Martyrs (Eptamartyros) construite au-dessus des flots, en bas de la colline de Kastro, celle de la Croix de Faros (Stavros tou Farou, située dans le village du même nom) et de Saint Sauveur (Agios Sostis) près des mines d’argent de Sifnos, qui comptent parmi les plus anciennes au monde.

On peut également visiter de nombreuses églises dans chaque village de Sifnos :

À Exabela : les églises du « Vieux » Saint Nicolas (Agios Nikolaos), où se trouve le tombeau du poète Aristomenis Proveleggios, Saint Athanase (Agios Athanassios), Saint Dimitri (Agios Dimitrios), Saint Georges (Agios Georgios), Sainte Kyriaki (Agia Kiriaki), du Christ, de Sainte Barbara (Agia Varvara) et de la Vierge (Panagia), tandis qu’autour du village se trouvent les églises de Saint Stylianos (Agios Stilianos), de la Vierge de Straoodi (Panagia to Straoodi), de Saint Jean (Agios Ioannis) à Korakia, de Sainte Fotini (Agia Fotini), de Saint Georges (Agios Georgios) Mastichas, de Saint Triphon (Agios Trifonas), de Sainte Anne (Agia Anna).

À Katavati : Panagia Aggeloktisti (église de la Vierge « construite par les Anges »), une église à trois nefs qui possède une coupole en forme de cône et des fresques et qui, selon la tradition, aurait été construite par des Anges qui y célèbrent la messe. Juste à côté se trouve la chapelle de Saint Éleuthère (Agios Eleftherios). Les autres églises de Katavati sont celles de l’Evangelistria, des Quarante Martyrs (Agii Saranta), de Saint Georges (Agios Georgios), du Christ, de Saint Georges (Agios Georgios) Apelaïtis, du Prophète Élie le Bas (Prophitis Ilias Chamilos) et de Saint Jean le Miséricordieux (Agios Ioannis Eleimon).

À Apollonia : l’église de la Vierge soutenant les cieux (Panagia Ouranofora), les églises du Sauveur (Sostis), de la Croix (Stavros), du Taxiarque, de Saint Athanase (Agios Athanassios), du Christ, de Saint Sauveur (Agios Sostis), de Saint Antoine (Agios Antonios), de Saint Nicolas (Agios Nikolaos) à Pigi, de la Vierge de Baros (Panagia tou Barou), et dans les environs d’Apollonia, les églises de Sainte Barbara (Agia Varvara), des Saints Apôtres (Agii Apostoloi), de la Rose inflétrissable (Rodou Amarantou), de la Sainte Trinité (Agia Triada), de Saint Arthème (Agios Artemis) (qui abrita la première école d’apprentissage mutuel et le premier lycée de Sifnos libérée) et enfin l’ancien couvent de Saint Jean le Théologien (Agios Ioannis Theologos) à Mongou.

À Artemonas : la Vierge des Sables (Panagia tis Ammou), la Vierge de Bali (Panagia tou Bali), Saint Pierre (Agios Petros), Saint Spyridon (Agios Spiridon) et Sainte Anne (Agia Anna).

À Agios Loukas : Saint Constantin (Agios Konstantinos), Saint Luc (Agios Loukas), Saint Georges le Maître (Agios Georgios Afentis), la Vierge des Bassins (Panagia tou Gournia), dont le nom provient des cavités que formait la rivière et où les femmes du village venaient faire leur lessive. Dans cette église dédiée à la fois à la Vierge et à Saint Nicolas, il existe des fresques réalisées par le moine Agapios le Second, dont la plus remarquable est celle du Cycle de vie.

À Pano Petali : les églises de Saint Jean le Théologien (Agios Ioannis Theologos), de Saint Triphon (Agios Trifonas), de Sainte Paraskevi (Agia Paraskevi), de Saint Georges de Patsana (Agios Georgios tis Patsanas) et de Saint Antypas (Agios Antipas, église dépendante du Mont Athos et qui abrita la première école préparatoire de Sifnos, fondée par Nicolas Chrysogelos, pendant la guerre d’indépendance).

À Kastro : les églises de Theoskepasti, de Saint Nicolas (Agios Nikolaos), de la Dormition de la Vierge, de Saint Jean le Prodrome (Agios Ioannis Prodromos), de Saint Jean le Théologien (Agios Ioannis Theologos), des Taxiarques, de Saint Georges du Rivage (Agios Georgios tou Gialou) aussi appelée église de Seralia, etc. L’existence d’un lieu-dit dénommé « Aux Nombreuses Églises » témoigne de la multitude d’églises qui existent dans le village de Kastro. À droite, à l’entrée du village, vous verrez les deux églises de Saint Stéphane (Agios Stephanos) et de Saint Jean le Kalyvitis (Agios Ioannis Kalyvitis) qui abritèrent de 1687 à 1835 la célèbre École du Saint-Sépulcre, également connue sous le nom d’École de l’Archipel.

À Kato Petali : les églises de Saint Nikita (Agios Nikitas), de Saint Sauveur (Agios Sostis), de Saint Georges (Agios Georgios), de Sainte Paraskevi (Agia Paraskevi) et de la Vierge aux escaliers (Panagia ta Skalakia). Sur les flans sud du village se trouve la pittoresque église de la Vierge de Koukia (ou Myrtidiotissas, datant de 1614).

Il existe également des églises qui méritent d’être visitées, non seulement pour des raisons religieuses mais aussi parce qu’elles permettent de découvrir les paysages variés de Sifnos. L’église de Saint Siméon (Agios Siméon) et de Saint Élie (Aï Nilias de Troulaki, qui surplombe la baie de Kamares, l’église de Saint André (Agios Andreas) sur la colline de l’acropole antique et celle de Saint Nikita (Agios Nikitas) à Selladi, l’église de Saint Polycarpe (Agios Polikarpos) dans le golfe pittoresque de Cherronisos, l’église à deux nefs des Taxiarques à Vathy, les Saints Anargyres (Agii Anargiri) à Agia Marina de Kamares et sur la route d’Apollonia, la Vierge de Toso Nero (Panagia to Toso Nero), l’église de la Vierge de Kipriani (Panagia tis Kipriani) ou Kipriani sur l’îlot de Kipriani (fin du Xe-début du XIe siècle), la chapelle de Saint Charalambos (Agios Charalampos) sur le sentier allant de Glyfo à Chryssopigi, Sainte Sophie (Agia Sofia) et Saint Georges le Karavostasis (Agios Georgios Karavostasis) à Platis Gialos.

Il vaut enfin la peine de se promener dans la zone NATURA pour visiter des églises d’une beauté et d’une simplicité exceptionnelles, comme celle du monastère du Taxiarque de Skafi, la chapelle de Saint Eustache (Agios Stathis), l’église de Sainte Marina (Agia Marina) et de Saint Constantin (Agios Konstantinos) à Flambouros, la Vierge du Soleil (Panagia tou Iliou), les églises de Saint Jean (Agios Ioannis) de Mavro Chorio, de Saint Nicolas Aérinas (Agios Nikolaos), de Sainte Catherine la Kapfari (Agia Katerina Kapfari), de Saint Polycarpe (Agios Polikarpos) à Kalamitsi.